De la « Toute puissance »

Pour Sophie Guerlin, en hommage amical

   « Alors Dieu dit : « créons à notre image des hommes semblables à nous (…) Dieu créa l’homme à son image (…) Il le créa homme et femme » (Gn 1, 26-28).

Retenons qu’en cela la nature de « l’homme et femme » est à supposer différente de la nature des autres créatures vivantes qui ne sont pas désignées « à l’image de Dieu ».  L’homme est créé selon un mode particulier.

Le second chapitre de la Genèse attribue à l’homme de se rendre maître de la nature, certes, mais aussi de lui-même. Nous sommes ici renvoyés à la dignité de l’homme qui se comprend en ce que l’homme accède au plus près de ce que Dieu attend de lui, c’est-à-dire au plus près de son image.

Il est dit ensuite que l’homme quittera père et mère pour être attaché à sa femme et qu’ainsi « ils seront deux en une seule chair » (Gn 2, 21-24).

L’Écriture nous enseigne encore que la puissance est donnée à l’homme aussi bien sur la nature que sur lui-même, sur son histoire, sur sa vie. C’est dans ce don de puissance fait par Dieu à l’homme que réside la ressemblance « naturelle » de l’homme avec Dieu. Ce caractère ontologique de la puissance, l’homme peut l’exercer ou bien ne pas en user. Il appartient à sa nature, libre, d’exercer cette capacité dynamique à mener les choses.

Continuer à lire

Pages