Zarathustra et le Zoroastrisme

Pour Alain Bertin, en hommage amical

   Prophète ? Philosophe ? Sage ? Il est difficile de situer Zarathustra (Zoroastre) dans le temps et dans l’espace. Il serait né en Iran, ou bien dans le Kwarezm, en Ouzbekistan. On le situe entre le VIIe et VIe siècles avant Jésus-Christ, ou bien entre le XVe et le XIe siècles BC. A-t-il jamais existé ? Qu’en aurait dit Nietzsche qui l’inclut dans le titre d’un de ses ouvrages essentiels ? Fondateur et réformiste du Mazdéisme, Zarathustra s’entourait de disciples qu'il appelait les « sachants ». Il reste qu’avec Zarathustra, les Mazdéens évoluent vers le monothéisme. 

L’Avesta, compilation de textes divers du XVe s. BC, est le livre de référence du zoroastrisme. L’Avesta rassemble l’ensemble des textes sacrés dont les Gathas : cinq hymnes, attribués à Zoroastre qui constituent le cœur de la liturgie zoroastrienne. Le but du zoroastrisme est de répandre au monde entier les 3 principes sur lesquels il se fonde : bien penser, bien parler, bien agir. 

Le principe cosmo-spirituel du zoroastrisme se fonde sur le couple [monde intelligible - monde sensible], qui génère un monde imaginaire, lequel réunit et conduit à l’imaginaire monde mystique. Les symboles religieux du zoroastrisme sont le vêtement blanc, la fleur blanche, symboles de pureté. Autre symbole : le cordon, pour rappeler le lien interne et externe de la communauté. Le Zoroastrien s’engage à servir le peuple et est attaché à un créateur unique. 

Au temple zoroastrien de Yazd (Iran), brûle un feu sans interruption depuis l’époque sassanide. Le feu est l’ensemble symbolique d’Ahura Mazda. Dans la salle des photos du musée qui lui est consacré à Yazd, adjacent au temple Ateshkade, Zarathustra est reproduit, et déclaré mort assassiné en 1767 BC. Son lieu de sépulture reste inconnu. 

Continuer à lire

Pages