Il y a un an, Roger Piantoni…

Pour Bernard Touchot et Emmanuel Depernet, en hommage amical

   Il y a un an, le 26 mai 2018, Roger Piantoni nous quittait. Cette légende du football français, d’une personnalité que ses proches disaient attachante, cet attaquant incontournable de l’équipe de France de football des années 1950, reste considéré comme l'un des meilleurs joueurs de son époque. 

Sa jeunesse, Roger la passe dans la cité minière de La Mourière, près de Piennes, en Meurthe-et-Moselle. C’est là qu’il prend sa première licence, au club de foot de l’US Piennes, en compagnie de son copain Thadée Cisowski, autre gloire du foot français dont le journal L’Équipe révéla un jour la fiche de paye : 700 francs mensuels (#100 €). On était alors dans les années 50… 

En dépit d’un contrôle médical ayant repéré une insuffisance respiratoire, Roger Piantoni rejoint à 19 ans le FC Nancy, et devient le meilleur buteur du championnat de France avec 27 buts au cours de la saison 1950. En novembre 1952, Piantoni est appelé en équipe de France. En 1953, les Nancéiens de Piantoni et de Léon Deladerrière (« P’tit Léon ») disputent la finale de la Coupe de France face au Lille OSC.

Piantoni est ensuite transféré pour 250 000 francs (#38000 €) au Stade de Reims qui vient de vendre Raymond Kopa au Real Madrid. Là, Roger retrouve Just Fontaine et Jean Vincent. Le plus fameux des gauchers de l'histoire du Stade de Reims apparait alors comme le parfait pendant de Just Fontaine sur le front de l'attaque rémoise qui domine le championnat que la fine fleur du foot français remporte en 1958. 

Cette année-là, Piantoni participe avec plusieurs de ses coéquipiers rémois à la Coupe du monde de football, en Suède, où Piantoni forme, avec Just Fontaine et Raymond Kopa, un trio d'attaquants redoutables. La France d’Albert Batteux se distingue jusqu’à la demi-finale où elle doit se rendre devant le Brésil de Pelé.

Continuer à lire

Pages