Les visions d’Ézéchiel

Pour Claude Aufaure, en hommage amical,

   Ézechiel est un prêtre érudit du Temple de Jérusalem. En 598 avant notre ère, Ézechiel est déporté à Babylone par les troupes de Nabuchodonosor II, avec l’élite sacerdotale, les hauts fonctionnaires et les artisans métallurgistes de Jérusalem. Le vrai noyau de la nation se déplace alors en Babylonie. C’est là qu’Ézéchiel apprendra la chute de Jérusalem une dizaine d’années plus tard.

Babylone est une mégalopole fastueuse, avec sa grande ziggurat (1) au bord du fleuve et ses cinquante sanctuaires. « Babylone, a écrit le prophète Jérémie, est une coupe d’or aux mains de Yahvé, elle enivrait la terre entière » (Jr 51, 7-8).

Ézechiel habite un village (Ez 3, 15). Les exilés viennent écouter cette voie nouvelle qui leur apprend qu’il est possible que le Dieu des Pères se manifeste en terre étrangère (8, 1ss ; 14, 1ss). Ce qu’avaient perçu Moïse et les anciens sur le Sinaï, ce qu’Isaïe a contemplé dans le sanctuaire, Ézechiel le voit en Babylonie. Dieu est avec nous, avec nous qui sommes aujourd’hui sur les bords du fleuve Kebar. « Yahvé-est-là » (48, 35b). Ézechiel annonce, la chose est nouvelle, que la présence efficace de Dieu est vraie en tous lieux.

Continuer à lire

Pages