Accueil

Présentation

Version imprimableSend by email

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il est aujourd'hui Directeur du Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne.

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • Dernier paru : À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  •  

Dernier article :

Foi et religion

Pour Claude Demougeot, en hommage amical

    Depuis le travail critique de la religion accompli par Karl Barth et Dietrich Bonhoeffer, le débat consistant à opposer foi et religion s’est plus ou moins englué dans la confusion, à cause même d’une approche encore équivoque du mot religion.

Ce débat a été amorcé grâce à un examen rigoureux de la critique émise par les maîtres du soupçon, Marx, Nietzsche et Freud, qui se sont livrés à une démystification radicale des illusions de la conscience. Ils prolongeaient l’intuition d’un Feuerbach, le premier qui a dit et vu que l’homme se vidait lui-même dans l’absolu, que l’absolu est comme une perte de substance, et que la tâche de l’homme est de ré-approprier sa propre substance, d’arrêter cette hémorragie de substance dans le sacré.

Cette critique de la religion inaugurée par Feuerbach a été suivie par les trois maîtres du soupçon, qui soupçonnent les croyants de ne prendre une religion que pour apaiser une angoisse insupportable. Ce que nous avons à nous approprier, c’est la critique de la religion perçue comme paravent, c’est-à-dire comme épouvantail de la peur, de l’angoisse, de la domination, de la haine. Une critique marxiste de l’idéologie, une critique nietzschéenne du ressentiment, une critique freudienne de la détresse psychologique et de la morale infantile, sont les voies par lesquelles doit passer toute réflexion sur la foi. 

Agenda

Version imprimableSend by email

Bientôt le programme 2018